31 janvier 2019

Sylvain Lucas, graphiste et voyageur

Passionné de vieilles pierres, de transport et de voyage, Sylvain Lucas, alsacien d’adoption originaire de Paris du haut de ses 32 ans dessine depuis toujours. Il y a très longtemps c’est en collectionnant les timbres que tout commence… Au fil des thèmes il y découvre des monuments, des lieux et une technique. L’impression taille-douce des timbres anciens l’inspire et il adopte ainsi leurs style graphique : le trait croisé. Pendant que les copains de son âge faisaient des dessins d’enfants, Sylvain s’obstinait à travailler, à perfectionner son trait et son regard. Aujourd’hui encore il continue à travailler cette technique et multiplie à volonté les traits croisés jusqu’à obtention de la teinte souhaitée. Cette technique est en effet la meilleure pour représenter un monument afin d’y retranscrire une atmosphère, les valeurs de gris aussi bien dans le blanc ou dans le noir nous parle. La bande dessinée « la Douce » de François Schuiten est l’exemple parfait de travail en noir et blanc, un auteur qu’il a eu la chance de rencontrer sur Bruxelles lors d’un déplacement professionnel.

Rencontre avec  Sylvain Lucas …

Sylvain n’exclut pas pour autant les autres techniques comme l’aquarelle qui donne une fluidité et une légèreté que l’on ne retrouve pas ailleurs. « Une fois grand, moi aussi je voyagerai » c’est ce qu’il murmurait en regardant sa collection de timbre et c’est ce qu’adolescent il cherche à faire. La Rochelle pour la Calypso de Cousteau, Brest pour y voir la Jeanne d’Arc… tout son argent de poche allait dans les billets de trains et il partait toujours avec ce même état d’esprit : la découverte.

Sylvain n’est pas apte du croquis pris sur le vif…trop long, il préfère rentabiliser un maximum ses déplacements et se faire plaisir il faut bien le dire, avec son appareil photo, pour immortaliser les lieux. Ses passions ne le quittent jamais, son regard reste toujours attentif lors de ses pérégrinations afin de repérer ce qui pourrais devenir son futur dessin.

Sa passion pour les trains il l’assouvit en travaillant depuis 2005 pour une maison d’édition « La Vie Du Rail » à Paris et en pratiquant la photographie ferroviaire lors de ces voyages. Pour eux il réalise des élévations de trains faites au feutre Pantone. Combien y en a-t-il ? Pas de chiffres précis, mais ça peut donner le tournis : on flirte avec les 1000 dessins presque tous les trains en circulation actuellement en France.

On me demande parfois pourquoi l’Alsace …

Cet amoureux de beaux lieux et des horizons libérateurs, est un passionné dans l’âme. Ces lieux sont une inspiration sans fin, qui une fois passés sous ses coups de crayon, formeront les archives d’une vie pleine de découvertes et d’explorations.

« On me demande parfois pourquoi l’Alsace, je réponds alors que j’y ai trouvé beaucoup de chose qui me passionne, des paysages à couper le souffle, des vielles pierres, une histoire et même des trains….

Un petit gout de paradis en fait. »

Retrouvez cet artiste sur sa page Facebook Graphisme Sylvain Lucas (@sylvainlucasraphisme) ou sur son compte Instragram : graphisme_sylvain_lucas.