Meiselocker et Vater Rhein … Une histoire de statue entre Strasbourg et Munich.

Articles et Photos : © Made in Alsace

Meiselocker et Vater Rhein … Derrière les noms, deux statues… Une histoire de fesses aussi, celle d’un Poséidon rhénan qui passe de la Place Broglie à Auf Der Insel, à Munich. Made in Alsace vous dit tout ou presque.

On commence donc par la Vater-Rhein-Brunnen, la fontaine du Père Rhin. La Reinhardbrunnen, son autre nom, est financée par le mécène et le notaire strasbourgeois Sigismund Reinhard. «  « Un jour, ce Reinhard – qui était avocat – m’entretint d’un projet qu’il avait de léguer sa fortune à Strasbourg à condition de l’employer à l’érection d’une fontaine qui porterait son nom » écrit Charles Spindler.

La voilà. Inaugurée le 6 juin 1902 sur la Place Broglie, juste devant l’Opéra, alors Théâtre Municipal. Fontaine, bassin et statue du Père Rhin forme un ensemble magistral. Née de l’imagination d’Adolf Von Hildebrand, sculpteur allemand parmi les plus brillants de sa génération.

Le Vater Rhin Strasbourg à Munich

Elle doit faire parler d’elle et elle le fera. Pas uniquement en raison de la créativité de l’artiste, de son respects de proportions parfaites, de son influence classique ou ici de l’imaginaire rhénan, mais surtout en raison du fessier du Vater Rhein.

Imaginez les notables et bourgeois Strasbourgeois l’avoir en face d’eux à la fin de chaque représentation. Imaginez ce postérieur nu et savamment cambré projeté aux yeux des dames de bonnes familles sortant du théâtre.

Entre amusement et satyre, voilà la statue faisant ce que l’on n’appelle pas encore le « buzz ». « Cachez ses fesses que je ne saurais voir » en quelque sorte.

Il faudra attendre la fin de la 1ère guerre mondiale et l’envie de dégermaniser Strasbourg pour que l’on fasse un sort au bassin et à la statue « coquine ». La fontaine fait alors l’objet d’un échange contre le Meiselocker qui trône encore place St-Etienne.

Elle part à Munich, Auf der Insel, le long de l’Isar. Vous avez dit Isar ?

« Dieser Vater Rhein Brunnen gestiftet von Notar Reinhard in Strassburg und geschaffen von dem Münchener Meister Adolf Hildebrand stand auf dem Broglieplatz in Strassburg seit 1903 und wurde nach Einzug der Franzosen 1918 abgebrochen », « Das Werk wurde 1929 auf Anregung des Oberbaudirektors Beblo und Antrag des Burgermeisters Dr. Kufner gegen ein von der Stadt München an die Stadt Strassburg gegebenes Bildwerk eingetauscht und hier 1932 aufgestellt » peut-on lire pour y comprendre en partie l’Histoire.

La Reinhardbrunnen y est installée, complétée par le sculpteur Ernst Weber, depuis 1932 et trouve sa place dans le dispositif festif « Munich Plage ».

Le Meiselocker, symbole des Strasbourgeois

La statue choquante est échangée contre celle d’un charmeur de mésanges ! Le fameux Meiselocker installé Place Saint-Etienne et dont la fontaine accueillit bien des lycéens.

Le nom, lui serait dû, pour les uns à ces jeunes strasbourgeois qui attrapaient des mésanges avec de la glue avant de les vendre au marché, pour les autres, à ce canon qui fit fuir le roi de France Henri II stationné alors sur les hauteurs de Hausbergen. La Meise, ou « mésange », le Meisenlocker, serait un canon de  18 pieds dont le boulet frappa la tente du Roi…

La statue, elle, signée Ernst Weber, Monument dédié à Arnold et Schuler est posée accompagnée d’un poème :

« UHE! IHR BUEWE D’R MORJE-N-ISCH SCHEEN.
DUEN M’R DENN HIT NITT UFF’S MEISELOCKE GEHN?
DRÜSSE-N-IM RHINWÄLDEL
ODER IM LERCHEFELDEL
GIBT’S ZISELE, BLÖJELE, BRANDLE GENUE.

WER NIE KENN MEISE LOCKT, ISCH AU KENN BUE ».

« Ohé, les gars, la matinée est belle.
Vous ne voulez pas qu’on aille attirer les mésanges ?
Là-bas, dans la forêt du Rhin, ou dans le champ aux alouettes,
Il y a des charbonnières, des mésanges bleues,
des mésanges huppées en grand nombre.
Qui n’a jamais appâté les mésanges n’est pas un vrai garçon ! »

Elle règne aujourd’hui sur cette place pendant que le Vater Rhein veille sur l’Isar… Loin de Strasbourg.

Articles et Photos : © Made in Alsace