masque alsace coronavirus covid

21 août 2020

La tour Eiffel est alsacienne !

Deux monuments connus par le monde entier et symboles de leurs villes respectives sont « alsaciens » ou doivent leur création à des alsaciens. On pense naturellement à New York et à la « statue de la liberté, on le sait moins pour un autre : la tour Eiffel.

Vous y penserez lors de l’un de vos prochains séjours parisiens. Et si la belle installation n’est pas « Made in Alsace », elle doit son histoire à quelques alsaciens.

Dessiner l’ossature de la Statue de la Liberté

On l’ignore mais lorsque Bartholdi songea à l’ossature de la « Liberté » pensée par l’architecte Viollet le Duc, il fait appel à Gustave Eiffel pour en concevoir l’armature métallique. A ses côtés, un ingénieur haut-rhinois, Maurice Koechlin en dessine les plans intérieurs… L’Histoire oublie certains détails.

Nous retrouvons donc Gustave Eiffel, plus tard. Il s’agit là d’imaginer une tour de 300 mètres pour l’exposition universelle de 1889, centenaire de la révolution. Une fois encore, le France doit rayonner. Des idées fusent de partout mais c’est au sein de l’entreprise de Gustave Eiffel que l’on phosphore le plus.

Imaginer la Tour Eiffel

Maurice Koechlin, l’alsacien et son second, Emile Nouguier, entament les premières études. Elles sont rejetées par Gustave Eiffel. Qu’à cela ne tienne, les deux techniciens persévèrent, prennent l’avis d’Auguste Bartholdi et obtiennent enfin l’assentiment de leur patron. Et les voilà de déposer des brevets « pour une disposition nouvelle permettant de construire des piles et des pylônes métalliques d’une hauteur pouvant dépasser 300 mètres ».

Gustave Eiffel voit l’ingéniosité de ses ingénieurs. D’opposé, il devient enthousiaste et le voilà de racheter les brevets et droits à ses employés en contrepartie du versement d’une prime et de la mention de leurs noms.

Source

En concours avec 107 projets, la tour promue par Gustave Eiffel sort gagnante. 24 mois de travaux seront alors nécessaire pour lui donner le jour. Critiquée un temps, adorée depuis, lieux de bien des expériences scientifiques, cette « dame de fer » avant l’heure finit par symboliser Paris et la France dans le monde.

Et dire qu’elle a donc des racines alsaciennes, celle de Maurice Koechlin, qui donc, après avoir dessiné l’ossature de la Statue de la Liberté inventa la « Tour Eiffel » … Imaginons un instant qu’elle se soit appelé « Tour Maurice Koechlin » ou encore « Tour Koechlin-Noguier ».

Il ne fait nul doute que le regard sur l’Alsace, que dire le « Made in Alsace » en aurait été changé.