Made In Alsace

24 novembre 2023

Summerlied, L’Alsace en musiques

Summerlied, après le festival, le livre … Plus qu’un livre un témoignage sur le plus grand festival alsacien. Lorsque Tri Yann, Eicher et tant d’autres passaient en forêt d’Ohlungen. Le livre à offrir aux amoureux de la musique en Alsace. Rencontre avec Jacques Schleef, fondateur d’un festival de légende.

Made in Alsace : Jacques Schleef, vous avez le fondateur du festival et directeur du Festival Summerlied jusqu’en 2015, et vous signez avec Albert Weber, ancien journaliste des DNA et créateur du groupe Facebook « Chanson alsacienne d’hier et aujourd’hui   », un livre intitulé « Summerlied, l’Alsace en Musique »… Comment explique-t-on Summerlied à des gens qui sont passés à côté.

Jacques Schleef : Passé à côté ? Comment ont-ils pu ? (sourire). Summerlied a été pendant ¼ de siècle jusqu’en 2018, l’«écrin festivalier» de la chanson d’Alsace. Tous les deux ans  dans ce bout de forêt du petit  village houblonnier d’Ohlungen ( prèsde Haguenau),  la chanson d’« Ici et d’Ailleurs » s’y était éclose.

Dans une clairière que les observateurs qualifiaient de « magique »…

Les années “Summerlied”

Made in Alsace : Justement, qu’est-ce que vous retenez, vous, des années Summerlied ?

Jacques Schleef : une formidable énergie. L’attente des artistes. Les multiples créations et rencontres. La communion avec le public. Les innombrables découvertes que ce festival inscrit dans la ruralité a suscitées…

SONY DSC

Made in Alsace : Que va-t-on trouver dans votre livre ?

Jacques Schleef : Co-écrit avec mon compère Albert Weber, grand connaisseur de la musique en Alsace – mais aussi de la musique francophone d’Amérique du Nord-  nous avons souhaité aborder la riche palette des musiques en Alsace, un grand nombre d’expressions musicales et brosser le portrait de plusieurs générations d’artistes.

Et faire la part belle aux nombreux musiciens venus croiser les musiques de toutes les régions. Une iconographie exceptionnelle de plus de 250 photos inédites illustre l’ouvrage. 

Made in Alsace : Le sous-titre « L’Alsace en Musique », nous interpelle. Nous savons que le patrimoine musical populaire alsacien a été et reste riche mais parfois invisible. Pourquoi n’a-t-on par plus vu ce patrimoine s’incarner en Alsace ?

Pourquoi, hors quelques noms, n’avons-nous pas vu des courants musicaux percer, à l’image des Schlagger et de chanteurs allemands. Finalement, pourquoi des chanteurs alsaciens percent plus outre-rhin qu’en Alsace ?

Jacques Schleef : La chanson alsacienne a souffert après le revival des années 70 d’un désintérêt du public. Cela est indéniable. La chanson alsacienne est souvent portée par le texte … or le public des locuteurs de la langue régionale s’est érodé. 

Des causes plus structurelles comme le manque de moyens, l’absence de vision stratégique d’une politique culturelle pour l’Alsace,  le peu d’engagement  des responsables de salle, les causes sont nombreuses. ..Mais un « rebond » semble engagé auquel Summerlied a très certainement contribué en semant des graines qui commencent à germer …. 

Made in Alsace : Pourtant, il reste des raisons d’espérer ! Qu’écoutez-vous localement aujourd’hui.

De nouvelles voix ont éclos

Jacques Schleef : Le concours de chanson « Stimme » qui vise à faire connaitre de nouveaux talents a produit ses premiers effets.

De nouvelles voix ont éclos. Il faut s’en féliciter. Reste à leur donner la possibilité  de trouver leur public. En effet de plus en plus d’artistes et de groupes régionaux enrichissent leur répertoire de chansons alsaciennes.

Encore faut-il que le public ait connaissance des initiatives de ces talents régionaux et que les décideurs culturels et politiques prennent enfin mieux en compte ces efforts en faveur de la langue régionale. Pas seulement en belles paroles mais en actes. Une politique publique volontariste s’avère indispensable  pour cela. 

Summerlied, l’Alsace en musiques

Made in Alsace : Un de nos rédacteurs à Made in Alsace, aime à parler de Summerlied comme un pendant sur Festival Interceltique de Lorient. A quand un festival « inter rhénan » mettant tout cela en musique autour des musiques les plus traditionnelles et les plus modernes ?

Jacques Schleef : Ah le FIL !  Quel monument ! Il m’apparaissait comme un phare. Nous avons quelquefois  échangé avec  Jean-Pierre Pichard qui était  l’emblématique fondateur  puis avec son successeur Lisardo Lombardia qui d’ailleurs s’exprime dans notre livre. 

Mettre sur pied un festival interalémanique, c’est le rêve inassouvi que j’ai caressé durant deux décennies …   D’où l’importance, avec ce livre, de laisser une trace pour ne pas oublier ce qui a été mené à bien sous l’égide de Summerlied en faveur de l’alsacien et aussi des autres langues et cultures régionales célébrées sur les diverses scènes de Summerlied.

INFOS PRATIQUES

Summerlied, L’Alsace en musiques

Le Verger Éditeur, 32 euros, en vente dans les librairies et sur le site de l’éditeur

PARTAGER L'ARTICLE

Facebook
WhatsApp
Email
Twitter

Découvrez aussi

Jambonneau rôti au munster du Restaurant « Aux Trois Oies » à Valff

Vous êtes au Restaurant « Aux Trois Oies » à Valff. Le charme de ces restaurants or les villes,…

Des figurines d’Alsace en pâte d’amande : un art sucré

La pâte d’amande, cette douce pâte à base d’amandes, de sucre et d’eau, est non seulement délicieuse, mais elle…

BOUTIQUES

ON AIME ❤️

montagne des singes 2024

ÉVÈNEMENT DU MOIS 👍

Salon Made in Alsace Lutterbach

APPLI 📱

Découvrez l’Alsace
Autrement. Bons plans, sorties… laissez vous convaincre !

Effectuer une recherche :

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

NEWSLETTER MIA

Votre dose quotidienne d’Alsace, de nouvelles, d’infos directemement dans votre boîte mail !

Aller au contenu principal