masque alsace coronavirus covid

6 décembre 2020

Saint Nicolas …. Mais qui est Saint Nicolas

Qui est Saint Nicolas, ce saint que l’on aime à fêter en Alsace et en Lorraine, les 6 décembre. Made in Alsace replonge dans l’Histoire. D’abord oui, Saint-Nicolas est devenu le « saint patron » des enfants, mais pas que, il est celui des prisonniers, des avocats, des kinésithérapeutes et même des célibataires.

Saint Nicolas, évêque de Myre

On retient naturellement l’image de Nicolas, évêque de Myre. Exemplaire devenu exemple… On lui prête le miracle d’avoir ressuscité trois enfants qui avaient été tués par un boucher et d’en être, ainsi, devenu le protecteur.

Pour d’autres Saint Nicolas, chevauchant au-dessus des toits, fait allusion au Wotan germanique. Celui qui chevauche dans les cieux, accompagné par son valet Eckhard, ne ressemble-t-il pas à Saint Nicolas ?

N’évoque-t-on pas pour le premier des bottes, de la paille et sabots (pour son cheval) placés près de la cheminée avant d’être remplacés par de l’or et des présents, des présents faits de gâteaux fourrés au gingembre, de viande et de produits des champs, là où Saint Nicolas offre douceurs, pains d’épices et mannele aux enfants sages ?

En Alsace, les enfants doivent la veille de la venue, préparer de la nourriture (foin, paille ou grain) pour le destrier de Saint Nicolas.

Un saint, monté sur un âne ou un cheval et accompagné du Père Fouettard, visitant les maisons où il y a des enfants, récompensant les plus sages, rappelant à l’ordre les effrontés.

Hans Trapp

Le père fouettard n’est pas sans rappeler Eckhard ou encore Pierre Le Noir, ou le Kramppus autrichien. En Alsace, on parle souvent du Hans Trapp, rustre, sauvage, sale, sans éducation et muni d’une arme (fouet, chaîne, fusil, etc.) et le plus souvent d’un sac de charbon…

« Il incarne, lui, une sorte de Lucifer, de délégué du diable, de croque-mitaine biblique, et il a pour attribut une verge à rameaux tricolores dont il menace les enfants qui ne sont pas disposés à tenir les promesses faites » lit-on parfois. Certains font du Hans Trapp, le sanguinaire chevalier, Hans von Trotha, descendu du château de Berwartstein pour hanter Wissembourg et l’Alsace au cœur des fêtes…


Christkindel

On en oublierait Christkindel … Car en Alsace, Saint Nicolas et Hans Trapp ne s’imaginent pas sans Christkindel, l’enfant Jésus personnifié par une jeune fille toute de blanc vêtue et coiffée d’un voile. Presque Sainte Lucie…

Là, les traditions et légendes rencontrent les religions et se mélangent. La Réforme veut remplacer Saint Nicolas, un tantinet trop païen, par le Christkindel, personnage qui doit rappeler le don de Dieu fait aux hommes.

A Strasbourg le marché de Saint Nicolas devint le Christkindelmärik (marché de l’enfant Christ) avant d’être le célèbre marché de Noël qui nous manque temps.

Saint Nicolas est quant à lui devenu le Père Noel… Un père Noel exporté en Amérique du Nord où il est appelé Santa Klaus…

Vous en reparlez aujourd’hui en offrant Mannele, mandarines et autres chocolateries… Saint Nicolas est devenu le Saint Patron des Mannele, non ?