19 juillet 2020

Marc Keller, le Racing Club de Strasbourg et nous

Le ciel est bleu et blanc ! C’est le moment choisi par Made in Alsace pour échanger avec Marc Keller, le président du Racing Club de Strasbourg Alsace. Retour sur un parcours, point sur le confinement et regard vers l’avenir.

Le RCSA, c’est le club que tout alsacien a dans le coeur… On recherche nos albums, nos écharpes et nos souvenirs. On parle Football, on parle Strasbourg. Et plus que jamais “Un seul amour et pour toujours” : Racing Club de Strasbourg !

L’histoire est déjà longue, mais comment devient-on Président du Racing ? Quels souvenirs gardez-vous de votre retour au club ?

Marc Keller : « J’ai répondu à une demande de la municipalité qui était venue vers moi en 2012. Avec quelques amis, nous avons repris le club. J’ai l’impression que c’était hier alors que cela fera bientôt dix ans. Nous avons été guidés par l’amour du Racing. Il n’était pas pensable de voir mourir le club de toute une région, avec un tel passé, une telle histoire. Nous sommes partis de rien ou presque avec, devant nous, une montagne à gravir.

Nous avons été guidés par l’amour du Racing

Nous nous sommes fixés de retrouver le monde professionnel et nous nous sommes mis au travail. Ma fierté, aujourd’hui, c’est de voir que nous allons entamer notre quatrième saison en Ligue 1 en ayant, au passage, remporter une Coupe de la Ligue. Le club a grandi de manière considérable sans que, jamais, nous n’avons enfreint notre ligne de conduite : progresser avec un budget maîtrisé, étape après étape, avec humilité et ambition ».

La période est particulière avec cette pandémie qui a bouleversé la compétition. Comment l’avez-vous vécu ? Comment l’ont vécu les joueurs ?

Marc Keller : « L’Alsace a été particulièrement touchée par le virus. Dans un premier temps, le football a parfois paru secondaire à côté de ce qui arrivait. Puis, il a fallu avancer quand même. Avec « Femmes de Foot », nous nous sommes engagés auprès de ceux qui luttaient sur le terrain, pour soutenir ceux qui aidaient les malades et sauvaient des vies. 300.000 euros, dont 100.000 du club, ont été réunis grâce aux actions menées. Il était normal que le Racing soit présent au cœur de cet immense combat.

Puis, quand il a fallu repenser à la compétition, nous avons beaucoup travaillé avec les instances. Le club, lui, s’est remis en marche petit à petit. Comme toujours, l’engagement de tout le personnel a été remarquable, dans des conditions inédites, difficiles.

En liaison avec le staff, les joueurs ont suivi un protocole de maintien physique durant le confinement. A leur demande, en respectant toutes les mesures de précaution nécessaires, nous avons organisé trois semaines de remise en forme durant le mois de mai. Elles ont aussi permis de faire du lien humain. Cette envie qu’ils ont eue d’être ensemble dit quelque chose du groupe dont dispose Thierry Laurey ».

Comment, désormais, voyez-vous la suite ? Quel est votre plus grand souhait ?

Marc Keller : « L’entraînement a repris depuis fin juin. Nous préparons pour la saison qui doit reprendre le week-end du 22 août. Les joueurs seront en stage, à Evian, durant une grosse semaine. Ensuite, commencera une saison qui comporte des inconnues. La plus importante concerne le public.

Le Racing c’est le club de tous les Alsaciens

En espérant qu’une deuxième vague sera évitée, nous ne savons pas combien de spectateurs pourront venir au stade, encore moins quand la Meinau pourra à nouveau être remplie. Pour le Racing, c’est une donnée essentielle. Nous sommes un club avec 20.000 abonnés, qui possède la 2e taux de remplissage de la Ligue 1 derrière le PSG. Le stade est à guichets fermés quasiment tout le temps. Pour la 2e année consécutive, le Racing vient d’être le lauréat du Championnat des Tribunes de la LFP.

Pour des raisons financières, faciles à comprendre, nous sommes face à une question très importante. Mais ce n’est pas que ça. J’ai hâte également de retrouver l’ambiance, populaire, festive et particulière de la Meinau. Mon plus grand souhait est là. Le Racing c’est le club de tous les Alsaciens. Un match à la Meinau, c’est une fête qui manque cruellement à nos supporters. Elle me manque aussi ».

On connaît votre attachement à notre région. Permettez-nous de tenter avec vous un questionnaire de Proust “Made in Alsace”…

Si vous étiez une boisson alsacienne ?

Marc Keller : Comme je ne bois pas d’alcool, malgré la grande qualité de notre bière et de nos vins, je dirais un jus de pommes de nos vergers avec une eau pétillante, de nos sources évidemment.

Si vous étiez un monument alsacien ?

Marc Keller : La Cathédrale de Strasbourg et le Stade de la Meinau.

Si vous étiez une ville alsacienne ?

Marc Keller : Strasbourg et Balgau, le village où j’ai grandi.

Si vous étiez une recette d’Alsace ?

Marc Keller : Une bouchée à la reine dans une bonne wistub.

Merci Marc Keller ! Rendez-vous toute la saison et dès le 2 août pour la journée des supporters. Alllllllez Raciiiing !