7 juillet 2019

Les Prélats de Fanéas …. La Saga alsacienne digne de Harry Potter

Les Prélats de Fanéas …. La Saga alsacienne digne de Harry Potter

Charlotte Abécassis Weigel… Le nom ne vous parle pas encore mais les amateurs s’arrachent et financent les «Prélats de Faneas », cette « saga fantaisy » made in Alsace. France 3 s’interroge « Charlotte Abécassis est-elle la future J.K. Rowling alsacienne? La comparaison avec Harry Potter est motivante. Une saga à découvrir cet été … Une aventure à lire…

A l’âge où certains comptent les moutons pour s’endormir, elle comptait les dragons, les épées, les sortilèges. Sa saga auto-éditée puis financée par ses lecteurs est prisée… Made in Alsace a voulu lui donner la parole…

Vous êtes pour nous une personnalité incontournable mais discrète de cette Alsace que l’on aime. Au fait, c’est quoi l’Alsace pour vous ?

Charlotte Abécassis Weigel : Bonjour à tous ! Une personnalité incontournable, je ne sais pas, mais en tout cas je suis une autrice alsacienne de livres fantasy. Ma saga, les Prélats de Faneas, vous fait voyager dans des paysages imaginaires fortement imprégnés de ce que j’ai pu voir en grandissant. Il est donc normal pour moi, lorsque je lis cette première question, de vous parler en premier lieu de l’aspect visuel de notre région.

Car je pense que vous en conviendrez tous : notre région est magnifique ! La nature y a un panel de couleurs incroyable qui évolue au fil des saisons. Les champs, les vignes, les forêts donnent un aspect très pittoresque à notre belle région et l’architecture, avec les maisons à colombages, complètent bien ce tableau déjà idyllique.

Deuxièmement, un point important : on y mange bien ! Bien sûr, si vous venez nous voir, il faudra dépasser notre petit créole aux accents germaniques, mais une bonne soirée dans une winstubs, attablé à un stammtisch, partageant une flammekueche, ça en vaut la peine !

L’Heroic Fantaisy Made in Alsace

Votre chemin de vie, votre carrière, votre métier ont fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui. Qu’aimeriez-vous que nos lecteurs découvrent ou retiennent de vous ?

Charlotte Abécassis Weigel  : Je me suis retrouvée autrice sans vraiment en prendre conscience, alors que j’écrivais une histoire sans prétention sur Internet. Peu à peu, mes lecteurs devinrent de plus en plus nombreux et certains me disaient que mon travail était digne de certains « vrais » romans qu’ils avaient lus en livre. Je me suis donc mise à rêver de sortir mon histoire, les Prélats de Faneas, sur support papier.

Au début, il ne s’agissait que d’une idée, mais étant graphiste de métier, j’ai commencé à dessiner une carte, puis une couverture et sans même m’en apercevoir, le roman était presque prêt. Il fallait encore le corriger et l’imprimer, mais le projet était suffisamment avancé pour en parler. C’est à ce moment-là, d’après moi, que je suis devenue une autrice, et qu’un rêve totalement fou était en train de se réaliser, petits pas par petits pas. Mais pour en arriver là, j’étais passée par énormément d’étapes.

Car croyez-le ou non, mais lorsque j’étais enfant,  il n’y avait pas plus éloignée du monde de l’écriture que moi ! Je détestais lire, j’avais un abonnement au zéro pointé en dictée et mes professeurs de français désespéraient de me voir rendre une dissertation dans les temps. Pour résumer, j’avais le français en horreur et il me le rendait bien.

Mais tout cela a changé lorsque j’ai commencé à lire la saga “Harry Potter”. Ce livre m’a réconciliée avec la lecture et m’a fait prendre conscience de mon envie de raconter, moi aussi, une histoire. C’est avec cet objectif que j’ai commencé à écrire et c’est ainsi que la saga les Prélats de Faneas a vu le jour.

Mon livre a trouvé sa place sur bon nombres d’étagères et je sais à présent, au travers des messages de mes lecteurs, qu’il a permis à beaucoup de gens de rêver, de s’évader, de voyager. Cela me remplit de joie.

J’aimerais donc dire aux lecteurs de Made in Alsace que rien n’est impossible : il suffit d’y croire et de travailler dur !

Mon parcours ne me vouait pas vraiment à l’écriture, et pourtant, c’est là que je m’épanouie à présent, J’aimerais donc dire aux lecteurs de Made in Alsace que rien n’est impossible : il suffit d’y croire et de travailler dur !

Quel est aujourd’hui votre actualité ? Quels sont vos projets ?

Charlotte Abécassis Weigel  : Mon roman, Les Prélats de Faneas, est une saga en 4 tomes dont le premier est sorti en 2017. Et à l’époque, ne sachant pas vraiment combien de personnes seraient intéressées par le roman, j’ai préféré passer par un site qui proposait de faire des préventes. Ainsi, via la plateforme de financement participatif Ulule et pendant un mois, j’ai pré-vendu mes livres en espérant atteindre le montant de 2000 €, somme nécessaire à l’impression. Mais à la fin du mois, la cagnotte avait dépassé les 7 000 € et le livre commençait déjà à me surprendre par l’engouement qu’il suscitait.

Les Terres d’Exil

https://fr.ulule.com/les-prelats-de-faneas/

Au mois de juin, le tome 3 de la saga, les prélats de Faneas, voyait le jour par le biais d’un financement participatif. Et cette année, l’objectif du financement, à savoir les 5 000 € nécessaires à l’impression, a été dépassé et nous a emmenés bien au-delà de tous mes espoirs. En effet, pas moins de 551 personnes ont précommandé leur livre ce qui a poussé le montant de la cagnotte à 20 000 €, soit 400 % du montant espéré.

https://fr.ulule.com/les-prelats-de-faneas-t3/

Cet exploit m’a donné toute la motivation nécessaire pour me plonger dans le dernier volet de la saga, le tome 4 ! Ce dernier est déjà en parti écrit, mais comme les précédents, il sera remanié, approfondi et peaufiné pour offrir aux lecteurs une fin digne de ce nom.

Pour autant, le dernier opus, la légende des amants séparés, ne signera pas la fin des aventures des Prélats de Faneas. Car cette histoire et l’intérêt qu’elle suscite m’ont prouvé que tout était possible, et je rêve déjà à des déclinaisons sur de nouveaux supports : film, série, animé… qui sait ?

Vous connaissez le questionnaire de Proust ? On l’a revu à la sauce « Made in Alsace » ?

Vous pouvez expliquer vos réponses …

Charlotte Abécassis Weigel : Si vous étiez :

Une ville en Alsace :

  • Sans hésiter, Strasbourg ! Si vous n’avez qu’une seule ville à visiter en alsace, je vous la conseille vivement. Là-bas, on retrouve tout ce qui fait la beauté de notre région. Il y a les grands monuments comme la cathédrale et le parlement, bien entendu, mais si on prend le temps de flâner, vous découvrirez également une Strasbourg plus ancienne, prête à livrer énormément de secrets via ses petites ruelles piétonnes, ses jardins fleuris, ses enseignes et ses terrasses.

Un monument en Alsace :  

  • Le barrage Vauban ! C’est un pont écluse situé dans la petite France qui m’a toujours beaucoup intrigué. C’est un passage couvert fait de trois écluses, il est plutôt sombre et silencieux. Et lorsque quelqu’un s’y esclaffe le son résonne tout du long ! Il y fait toujours froid ! Qu’importe la température extérieure. A l’intérieur, on y trouve des gargouilles. J’ai entendu une fois qu’il s’agissait des statues ratées qui n’ont pas trouvé leur place sur la cathédrale. J’ai appris plus tard que ce passage sert à exposer des statues et des moulages en plâtre des statues de la cathédrale.  Mais pendant un temps, j’ai cru qu’il s’agissait d’œuvres déchues, privées de lumière et oubliées de tous. Et je ne sais pas vraiment pourquoi, mais cette idée me touche beaucoup.

Une boisson d’Alsace :

  • Je suis très tentée de vous citer le Gewurztraminer ! J’ai longtemps raffolé de ce vin blanc à la fois sucré et fruité. Mais avec le temps, mes gouts ont un peu changé et je préfère maintenant les choses moins chargée. Je vais donc me rabattre sur le pinot noir !

Une recette, un plat d’Alsace :

  • Des bredeles de Noël ! Lorsque j’étais petite, ma grand-mère en faisait tellement qu’elle remplissait une chambre entière ! Je me souviens de l’odeur dans la cuisine, des moules en métal qu’on utilisait pour faire les formes et de la quantité de pate crue qu’on mangeait dès qu’elle avait le dos tourné ! Ca finissait toujours pareil : avec un estomac bien rempli suivi d’un sacré mal de ventre ! Mais que de bons souvenirs !

Votre juron alsacien préféré :

  • Ce n’est pas vraiment un juron mais je vais dire : extrawurst ! Si on traduit, ça veut dire saucisse extra/spéciale. Et j’ai choisi ce mot parce que je voulais toujours quelque chose de spécial, de différent, lorsque j’étais petite. Du coup, on me rétorquait souvent que j’étais l’extrawurst !

En conclusion, que diriez-vous à une personne pour l’inviter à découvrir l’Alsace ?

Charlotte Abécassis Weigel : Pour faire simple : l’alsace est une très belle région, chaleureuse et accueillante où il fait bon vivre ! On y mange bien, on y boit bien et on y fait de belles rencontres. Si vous êtes férus d’histoire et de culture, vous serez séduits par la visite des ruines du Haut Koenigsbourg et par la cathédrale de Strasbourg ! Et si vous préférez des vacances placées sous le signe de la détente et de la gastronomie, nous vous proposerons de bons petits plats imprononçables et de jolies promenades dans notre beau vignoble ! Tout est possible !

Petit conseil, si vous venez en hiver, ne ratez pas le marché de Noël !

Noch eb’s zu sawe, encore un truc à dire à nos lecteurs ? Quelle est la question qu’on a oublié de vous poser et quelle est votre réponse ?

Charlotte Abécassis Weigel : Je vous ai beaucoup parlé de moi mais pas beaucoup de mon travail. Si je devais ajouter une question, ce serait donc : de quoi parle votre livre et en quoi pourrait-il intéresser nos lecteurs ?

On y rencontre Astéria, jeune femme très volontaire originaire de la grande famille royale de Faneas.

Et je vous répondrais que les Prélats de Faneas, c’est avant tout un roman d’aventure.

On y rencontre Astéria, jeune femme très volontaire originaire de la grande famille royale de Faneas. Au début de l’histoire, sa famille lui apprend que la guerre est à leur porte et que les démons, issus du royaume voisin, Endor, est sur le point de les envahir. Astéria reçoit alors l’ordre de quitter leur monde et par magie, elle se retrouve dans le nôtre.

Une fois arrivée dans notre univers en apparence sans sans magie, la jeune femme pourtant très débrouillarde est totalement perdue, en colère et inquiète. Elle se souvient de sa vie à Faneas, et par ses souvenirs, elle dépeints un monde merveilleux qu’elle veut à tout prix retrouver. Elle cherche donc un moyen d’y parvenir et pour cela elle se lie d’amitié avec d’autres personnages dotés pour la plupart de pouvoirs magiques. Leur but est de rentrer à Faneas, mais lorsqu’ils y parviennent finalement, ils se rendent compte que le temps passé dans notre monde les a fait grandir.

 Aujourd’hui plus matures, ils comprennent que les conflits qui opposent Faneas et Endor sont bien plus profonds que ce qu’ils s’étaient imaginés, et que la guerre est inévitable.

Synopsis : https://www.les-prelats-de-faneas.com/index.php/synopsis

Quelques avis : https://www.facebook.com/lesprelatsdefaneas/reviews/

C’est une histoire de magie, d’aventure, mais aussi d’amitié et d’apprentissage que j’espère vous avoir donné envie de découvrir.