Le chant de bière des armées, l’histoire façon Brad Wurscht

Vous  avez tous ainsi entendu parler de l’hymne national inventé à Strasbourg. Un de mes ancêtres y était, et jusqu’à sa mort, il ne cessait de dire aux anciens cette phrase codée « Si le rouge est de Lille, la bière est bien d’Alsace »… A quoi faisait-il donc allusion ? Je l’ai compris plus tard en découvrant les paroles d’une chanson qu’il écrivit en 1791… 1 an avant d’être, wie m’r sagt, plagié…

Allons Enfants de la Brasserie,
Le jour de boire est arrivé.

Contre nous des boissons sans vie,
Il est temps de s’ payer une bière !
Il est temps de se payer une bière !
Entendez vous dans les bierstubs
Couler ce nectar houblonné
Il vient jusque dans nos bocks
Abreuver nos buch et notre soif.

Aux verres, Alsaciens,
La chope à la main
Buvons ! suffons !
Que chaque schlouk
Fasse honneur au houblon !

Verdammi (de bière, naturellement), il avait bien écrit ce chant et ne cessait alors de le chanter de biertsubs en bierstubs. Jusqu’à ce qu’un capitaine de l’Armée française trouve l’air sympa et le reprenne à son compte en changeant les paroles. La suite, vous la connaissez. Quoiqu’il en soit, ce capitaine aurait au moins pu appeler son chant « La Strasbourgeoise ». Je suis sûr que l’histoire de l’Alsace en aurait été radicalement changée.

Brad Wurscht

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION