masque alsace coronavirus covid

19 octobre 2009

Kansas of Elsass : Ze Interview “Made in Alsace” 2009

Il est mon Oasis. Non, pas le jus de fruits, le lieu d’évasion” C’est cette déclaration de Bard Wurscht, votre als’aventurier qui nous a poussé à aller à la rencontre de Kansas of Elsass.

Kansas, nous l’avions rencontré dans notre jeunesse, dans des lieux sympas où l’on buvait un verre avant de pogoter ou de dragouiller sur fond de Cure, de B’52 et autres groupes de rocks que les « moins de vingt ans » ne peuvent plus connaître. On l’a retrouvé, il y a quelques années en surfant, non sur l’Ill ( les vagues sont trop petites), mais sur le web. Back again, il organisera un concerte exceptionnel au Zénith, le 28 novembre prochain. Tchais et Knackes, sortez vos agendas … un jetzt, l’entretien.

Kansassofelsass

Kansas Of Elsass … On ne te présente plus ou presque. Nous on aimerait savoir quels souvenirs tu conserves des « années Java ». Tu étais plutôt Picon ou Cuccaracha à la paille ?

Kansas of Elsass : En fait, on testait pas mal de choses et on avait un cocktail assez détonnant à base de ‘Pisan ambon’, les cuites à la Cuccaracha très peu pour moi et dans le picon, je préfère la bière !

La java endroit emblématique (à son époque) comme le bandit (j’y bossais aussi…) la java maintenant c’est juste un lieu de nuit comme il en existe partout et l’âme de l’endroit a disparu avec le départ des instigateurs… Je n’y ai plus jamais mis les pieds depuis…

En dehors de l’esprit LMAA, peut-on en savoir plus sur tes influences musicales ? D’où viens-tu Kansas ?

IMG_2012_2_2 Kansas of Elsass

:  J’ai commencé mon premier groupe avec le début du Punk-Rock fin des années 70, donc tout vient de là : provocation, dérision, simplicité dans l’écriture, énergie et surtout pas trop se prendre au sérieux, je suis fan de James Brown (pas les rasoirs…),  j’écoute plein de trucs, mais j’aime pas grand chose !!!

Je suis né près des Brasseries Kronembourg à Cronembourg (banlieue de strass) un rêve pour tout alsacien élevé au bock et shooté au malt, de brasserie en Alsace à part les noms de marque il ne reste plus grand chose et c’est bien dommage, moi j’étais toujours fan de ‘l’ancre’ la bière du pêcheur !

Certains puristes ne savent pas où te « placer ». Pour eux, tu es un « OMNI », objet musical non identifié. Et toi, tu penses quoi de la scène music’alsacienne. Elle existe ?

Kansas of Elsass : Moi même quand je m’entends je me demande bien si je suis réel !

La scène existe, mais il n’y a pas de leader pas de ‘son alsace’, pas un style reconnaissable et original qui fait pensé à un coin en particulier, Rennes a une époque était connue pour sa scène électro par exemple, Nancy aussi d’ailleurs… ceci dit c’est pas propre à nous c’est partout pareil, beaucoup de groupes ont le même son le même style et pas d’identité visuelle forte et toujours cette manie à chanter en anglais… Remarque on pourrait dire pareil de Kansas ‘il fait chier avec son vannier lui’ mais c’est ce qui fait toute la différence, une identité forte, un son différent et des valeurs et un vecteur à part je touche à tout et je peux tout me permettre, car Kansas le permet, et rend les choses cohérentes…    

Pour faire pousser le houblon ou le maïs, on a ce qu’il faut, mais que manque-t-il à la scène alsacienne ? Des salles, des lieux de répet, du public, du courage ?

Kansas of Elsass :  Du talent !  et du soutien média (quoi que le web, çà marche pas mal j’en suis !!!) des salles il y en a, des lieux de repet aussi, du public à voir…

Quand j’ai démarré avec mes premiers groupes, on faisait souvent 300 bornes pour jouer dans un bar à côté du flipper devant 20 pelés et quand on pouvait se payer l’essence c’était cool et ça a duré longtemps…

On a pas toujours le recul nécessaire pour bien analyser les choses : est-ce que nos chansons sont meilleures que celles du voisin et celles qui passe à la radio (moi je suis toujours banni des ondes…et très peu de support des médias (hors presse) locaux) et le look, etc.…

Il n’y a toujours pas d’artistes qui se revendiquent du grand Est avec des valeurs et caractères qui nous sont propres, reconnus au-delà de la crête des Vosges…

Le 28 novembre prochain, tu atterris dans la soucoupe volante orange au milieu des champs, enfin on veut dire « Au Zénith » de Strasbourg. Tu te fais plaisir, mais tu fais plaisir à tes fans, quel sera le ton de la soirée ?

SafariÉcranSnapz005

Kansas of Elsass :  Tout d'abord le Zénith c’est un vrai test, on ouvre des brèches et à ce jour les portes du Zénith sont encore fermées… J’avais l’idée de monter une espèce d’opéra rock ‘l’histoire de Jacky’ mais trop lourd à monter et surtout manque de temps, donc le shoawww sera du classique Kansas, chansons + vidéo avec bien sûr grosse implication du public, le Zénith (comme la foire aux vins de Colmar) permet de réunir un public qui ne fréquente pas les concerts et salles de rock donc c’est l’occasion de toucher un peu plus de monde, on fera le point fin novembre…

D’ici là, le 7 novembre show case à la Fnac de Strass avec présentation du nouveau Klip (big) et quelques nouveaux titres en live et tout le mois de novembre sur alsace20 (tnt) et KTV ‘on ze road’ spezial Zénith où j’expliquerai comment se monte un big show pour une très big strarzzz ! (20×1’30)

Enfin, avant qu’on aille acheter nos places, une question essentielle : Waedele ou Flammekueche ?

Kansas of Elsass :  La calzone alsacienne, une tarte flambée fourrée waedele, un truc digeste quoi…

Merci vielmols ! Ciao alors …et à bientôt … Quant à vous chers lecteurs, laissez donc un message de soutien à Kansas ici, sous cette note, et lors de sa diffusion sur notre page Facebook

(Article, libre de reproduction, awer, wenn's beliebt, merci de mentionner la source "Made in Alsace ®"