Made In Alsace

25 janvier 2009

Coopérateur : Amour du terroir et esprit d’équipe

Vignes Représentant de la Cave de Dambach-la-Ville au sein du Conseil d’Administration de Wolfberger, Jean-Luc Ostertag est à la tête de 9 ha de vignes du côté de Rosheim . S’il a d’abord exploité des vignes familiales à Cleebourg, il est aujourd’hui coopérateur par choix et convictions .

Made in Alsace : Pourquoi opte-t-on pour une coopérative ?

Jean-Luc Ostertag : J’ai tout d’abord, pour l’avoir été moi-même, un profond respect pour les viticulteurs récoltants. Nous partageons le même amour de la vigne. Cependant, il faut faire des choix et je suis devenu coopérateur. Outre le fait de me permettre de libérer un peu de temps pour ma vie familiale et personnelle, le fait d’être coopérateur me permet aujourd’hui de concentrer mon temps à la production de
raisins de grande qualité. Je fignole le soin que je leur apporte. Etre coopérateur, c’est quelque part se concentrer sur ce pourquoi on est le meilleur et se reposer, dans les autres domaines, sur un travail et un esprit d’équipe pour tout ce qui concerne la vinification et la commercialisation.

Made in Alsace : Vous évoquez souvent savoir-faire et terroirs. Cela se retrouve-t-il au sein de Wolfberger ?

Jean-Luc Ostertag : Bien entendu, outre la gamme de 13 grands crus, l’esprit Wolfberger se manifeste par des chartes de production qui emmènent l’ensemble des coopérateurs vers toujours plus de qualité. Ces chartes soulignent, si besoin était la volonté forte, non de produire plus, mais mieux. L’objet est clair : tirer et donner le meilleur des vignes d’Alsace.

Made in Alsace : Justement, quelles sont les perspectives que vous voyez pour la viticulture alsacienne ?

Jean-Luc Ostertag : Il y a d’abord des combats à mener pour que l’on ne puisse pas planter de la vigne n’importe où. Ensuite, il va falloir clairement défendre et promouvoir une vraie viticulture de terroirs. Cela passe par la défense des spécificités et de l’identité des vins d’Alsace. Ensuite, nous devons bien entendu offrir des vins de qualité à nos marchés naturels, à vos lecteurs sans doute, mais aussi continuer à conquérir le Benelux, l’Allemagne et l’Europe du Nord.

Enfin, je pense qu’il nous faut partir aussi à la conquête de l’Amérique et de la Chine. Par delà les vins produits là-bas, nous avons, nous, des vins uniques à exporter mais surtout une véritable culture de la vigne qui, elle, ne se copie pas.

 

PARTAGER L'ARTICLE

Facebook
WhatsApp
Email
Twitter

BOUTIQUES

ON AIME ❤️

ÉVÈNEMENT DU MOIS 👍

Diners insolites Alsace

APPLI 📱

Découvrez l’Alsace
Autrement. Bons plans, sorties… laissez vous convaincre !

Effectuer une recherche :

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

En m’abonnant, j’accepte de recevoir cette newsletter et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

NEWSLETTER MIA

Votre dose quotidienne d’Alsace, de nouvelles, d’infos directemement dans votre boîte mail !

Aller au contenu principal