6 octobre 2021

De l’Alsace dans James Bond

Mourir peut Attendre, No time to die, sort sur les écrans. Et Made in Alsace vous parle de James Bond, de son rapport avec la choucroute, pardon avec l’Alsace. Un regard d’expert, des anecdotes sur Ian Fleming et James Bond 007.

Grandes et petites Histoires autour de James Bond

La grande Histoire : les liens de Ian Fleming avec l’Alsace naissent sans doute avec la seconde guerre mondiale. Agent de la Naval Intelligence Division, il participe à la mission « Alsos » et accompagne des opérations des commandos américains et britanniques à Strasbourg, afin de localiser, de retourner des chercheurs allemands spécialisés dans le nucléaire. Un moment méconnu de la 2ème guerre mondiale.

Des cours d’Allemand : Ian Fleming a un ami Ivar Bryce. Celui-ci s’inspire notamment de lui pour créer Felix Leiter, complice de James Bond, il sera OSS 991 mais il est sans doute celui qui initie Ian Fleming à la France et Strasbourg. Dans son livre « You only live once : Memories of Ian Fleming », Ivar Bryce évoque ses études à Strasbourg où il apprend l’allemand dans une famille alsacienne. On évoque des sorties à Paris mais sans doute ailleurs aussi avec un dénommé « Fine Lingam », parfait anagramme de Ian Fleming.

Ils inventeront le cocktail légendaire Vesper, ce Martini Vodka de légende et passeront du bon temps en Jamaïque.

Avant le 00 : Avant d’être « double zéro », James Bond effectue des missions de contrôle de trafics d’armes entre la Russie, les Pays de l’Est, l’Allemagne et Strasbourg ( Source Au service Secret de sa majesté).

« Du Foie Gras de Strasbourg »

Foie Gras : « En trempant la lame de son couteau dans le verre d’eau chaude posé près de la terrine en porcelaine de Strasbourg, Bond se promit de doubler le pourboire du maître d’hôtel » lit-on dans Casino Royale. Au cinéma, c’est dans « Jamais plus Jamais » que Sean Connery partage du foie gras… avec une Girl.

Knacks : Dans la version écrite et anglaise de « Au Service Secret de sa Majesté », James Bond séjourne alors à l’Hôtel Maison Rouge avec Tracy Draco. Le lendemain y rencontre Marc-Ange Draco, chef de l’Union corse et partage des Knacks, les fameuses « Strasbourg sausages »  et un verre de vin d’Alsace. ( Il revient à Strasbourg dans un roman d’un continuateur de James Bond. John Gardner, auteur de Goldeneye et Licence to Kill, dans « Nobody lives forever », le fait séjourner à l’Hôtel Sofitel de Strasbourg).

Ennemi : « Le chiffre », l’un des premiers ennemis de James Bond, toujours dans « Casino Royale » est le trésorier du « Syndicat des Ouvriers d’Alsace », un syndicat contrôlé et manipulé par l’organisation SMERSH ( qui deviendra Spectre).

Plus d’Alsace dans un nouveau James Bond ?

Voilà de quoi rêver, un jour à plus d’Alsace dans James Bond. Vous irez voir, en attendant « Mourir peut attendre ».

Conseil d’expert : regardez le film « No Time do Die » jusqu’au bout, le générique aussi.