Made In Alsace

21 février 2024

Quel Panthéon pour l’Alsace, quels alsaciens au Panthéon ?

Un temps, le magazine Saisons d’Alsace avait publié une édition autour du Panthéon Alsace. L’actualité nous rappelle ce qu’est ce monument national. L’occasion de rappeler que des alsaciens, parfois méconnu y reposent.

Le Panthéon

La cérémonie d’entrée au Panthéon de Missak Manouchian et de ses camarades de Résistance nous invite à un devoir de mémoire envers les grands hommes et les grandes femmes de la nation, mais aussi envers le lieu qui les abrite.

Originellement l’église Sainte-Geneviève, dédiée à la Patronne de Paris, est donc devenue le Panthéon, temple des grands hommes et grandes femmes de la nation.

Entre église et temple, Il faudra attendre les funérailles de Victor Hugo, en 1885, pour que le monument conserve définitivement son rôle de Panthéon. Depuis 1791, les « Panthéonisations » successives rouvrent le temps, l’Histoire et les mémoires.

Notez encore que « les personnalités honorées au Panthéon ne reposent pas toutes dans la crypte. L’hommage peut se traduire par la présence d’un cénotaphe, par exemple pour Joséphine Baker, ou par une inscription, comme pour Aimé Césaire. Les hommages prenant la forme d’inscriptions sont pour la plupart individuels, mais peuvent aussi être collectifs, comme pour les Justes de France ».

Quels alsaciens au Panthéon ?

A partir de là, notons que quelques alsaciens sont présents au Panthéon…

Marc Schoelcher et Victor Schoelcher : si l’on connait le second ( visitez son musée à Fessenheim), il est né à Paris. Le premier est son père qui y figure parce que Victor, souhaitait être inhumé près de son père. La Nation salue l’homme politique, qui aura fait passer la loi sur l’abolition de l’esclavage, le 27 avril 1848.

Alexandre-Antoine Hureau : Lui, on imagine que vous ne le connaissez pas. Le Baron de de Sénarmont est né à Strasbourg, le 21 avril 1769. Il sera nommé Général par Napoléon lui-même… A Napoléon qui qui lui fera remarquer : “Vous êtes bien jeune ?” il répond : “Sire, j’ai votre âge ». Il est l’un des grands stratèges de l’artillerie et s’illustre  notamment à Fleurus, Montebello, Iéna, et  Friedland (14 juin 1807).

Frédéric Henri Walther : Cavalier et Général, il est né à Obenheim (Bas-Rhin) le 20 août 1761. Engagé à 20 ans, il fait parler de lui à Austerlitz, Wagram ou Hanau. Il sera blessé de six coups de sabre et a son cheval tué sous lui lors de la bataille d’Eylau. Surnommé « le balafré » du fait de ses nombreuses blessures, il est une des figures de la cavalerie

A sa mort, Napoléon fera son nom sur l’Arc de Triomphe, au même titre que Alexandre-Antoine Hureau. Il écrira à sa veuve « je partage bien vivement votre douleur ; j’ai perdu dans votre mari l’un de mes généraux les plus braves, et dont je faisais le plus de cas ».

Forcément, on se demande quel autre « alsacien » pourrait les rejoindre. Comment ne pas penser à Albert Schweitzer ou Marcel Weinum et les résistants de le Main Noire ?

INFOS PRATIQUES

Place du Panthéon

Paris 75005

PARTAGER L'ARTICLE

Facebook
WhatsApp
Email
Twitter

Découvrez aussi

Haut la main ! La Frémaa expose à Obernai !

Un peu d’avance dans vos agendas pour ne pas louper [Haut la main !]. Haut la main ! c’est…

La saucisse de bière d’Alsace, la fameuse Bierwurscht

Made in Alsace aime à vous parler de la charcuterie d’Alsace… Parmi d’autres, la saucisse de bière tient la…

BOUTIQUES

ON AIME ❤️

Batorama 2024

ÉVÈNEMENT DU MOIS 👍

APPLI 📱

Découvrez l’Alsace
Autrement. Bons plans, sorties… laissez vous convaincre !

Effectuer une recherche :

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

NEWSLETTER MIA

Votre dose quotidienne d’Alsace, de nouvelles, d’infos directemement dans votre boîte mail !

Aller au contenu principal