20 janvier 2007

Il était une fois le pain d’épices….

Nouvelle_image

Tout commence en Egypte avec l’invention du pain, bien longtemps avant l’Alsace même, la farine renforcée de miel et d’aromates était cuite et servie en dessert.
Pain d’Aristophane
, on retrouve aussi le pain d’épices dans la mythologie grecque où il sert à amadouer Cerbère.
Vous résisteriez vous à une si bonne gourmandise ?

Gengis Khan l’appréciait dit-on, pour son goût et sa longue conservation. Les romains, eux, en dotaient leurs légions, une espèce de potion magique…Ramené durablement en Europe par les Croisés, il y conquiert une place de choix. Les médecins del’époque lui confèrent alors de véritables vertus digestives quasi-médicinales. Dès 1428, on en trouve des traces durant la période de Noël. Au fil des siècles, sa composition s’affine et retrouve le miel. Pains fétiches des grandes villes allemandes, il fait le succès des marchands d’épices.
En 1768, Karl Fortwenger l’importe à Gertwiller. Le «lebkuchen», pain de vie, conquiert l’Alsace.

Tout cela est bien beau, maintenant, il ne vous reste plus qu’à y goûter et pour cela, comment de pas vous conseillez en effet la maison Fortwenger et ses antennes à Strasbourg, Colmar, Kaysersberg et bien sûr Gertwiller. Pains d’épices traditionnels, langues d’amandes aux fruits ou un leckerlis à , cela vous donne pas envie vous … Moi si, j’arrête d’écrire, je déguste…