25 août 2016

« Blumen Im Topf » : Léopoldine HH, nouvelle vague alsacienne

lepoldineLa pomme ne tombe jamais loin de l’arbre … Et Léopoldine HH est tombé, elle, dans la musique comme d’autres amateurs de gauloiseries tombèrent dans la potion magique. « Blumen Im Topf », son album, laisse à le penser. 

Sont-ce les racines familiales qui lui ont permis de grandir ? On l’imagine ainsi …

Si Made in Alsace avait déjà croisé la belle (voix) lors de rendez-vous d’été. Ses oreilles se souviennent encore de la version hallucinée et hallucinante de « Dieu m’a donné la foi » entendue, que dire, reçue, lors d’un soir de « Nouvelle Star ».

Depuis, l’Alsacienne a grandi.

 Sans renoncer à ses racines, elle a perché sa tête dans le ciel quitte à s’abreuver encore et toujours dans l’esprit rhénan.

Folie créatrice ou univers fécond, de Léopoldine nait aujourd’hui « Blumen Im Topf », un album … que dire treize titres et plus, invitations à une promenade romantique pointue…

Celle qui était « née toute nue » habille désormais nos oreilles, nos esprits, nos cœurs et nos yeux. On aime écouter, comprendre, adorer et voir Léopoldine HH …

Dès « Like à Mansion », on se laisse transporter … La première écoute amène l’éternelle question : « A qui la comparer » ?

Immédiatement, des noms viennent à l’esprit. Ute Lemper déjantée, Nina Hagen cristalline, Marlène Dietrich enfantine, Bjork “made in alsace”, un Sheller au féminin, une Catherine Ringer façon Elfe des forêts rhénanes …

Léopoldine HH est tout cela est bien plus encore …

Ute Lemper déjantée, Nina Hagen cristalline, Marlène Dietrich enfantine, Bjork “made in alsace”, un Sheller au féminin, une Catherine Ringer façon Elfe des forêts rhénanes

On tape « Léopoldine H…. » sur le moteur de toutes les recherches et apparait Léopoldine Hugo … Fille de Victor, celui dont la légende veut qu’il fut conçu sur les pentes magiques du Donon … Un signe peut-être tant la poésie et les lettres sont présentes dans l’univers de l’Alsacienne.

Il faut plusieurs écoutes de son album pour s’imprégner et découvrir une musique où se mêlent rigoureux chaos, poésie anarchique et désordre organisée …

Là, certains ont peur… Et si Léopoldine HH incarnait de fait la terrestre extra. Celle qui donne vie à une musique rhénane revisitée, s’affranchissant des langues du Rhin et de ses frontières … La musique est passage….Ainsi souffle sa liberté !

 

A contre-courant de la chanson réaliste «  à la Française », on la suit, on se laisse guider. Parfois l’amoureuse de Godard semble … à bout de souffle. Elle joue alors de sa voix, femme coquette qu’elle sait être aussi, et la magie opère.

On la laisse. Elle nous ouvre des portes pour cheminer dans un univers naturellement unique. Une sérieuse désinvolture se marie ici au don de soi, à l’alchimie des sons, des notes et des intentions.

Osons un peu d’humour musical et alsacien …

blumenLéopoldine HH est-elle une femme libérée ?

Elle est simplement libre …

L’esprit de « Dans tes bras » fait ici, vous l’aurez compris, rêver le rédacteur.

Et celui-ci de se justifier «  c’est un omni, un objet musical non identifié » qui en ces temps de canicule, apporte à l’univers musical régional, la fraîcheur qui lui manquait. Amateur de néologisme alsacien, il rajoute «  La fresheur »… une insolence rafraichissante peut-être !

A vous de découvrir Léopoldine HH ! On a aimé aimer …