14 juin 2006

Schutzenberger, triste mise en bière …

Schutzenberger1 Chaque fois qu’une brasserie disparaît, c’est un peu d’Alsace qui s’en va ! Hier, les salariés de la Brasserie Schutzenberger ont ainsi reçu leurs lettres de licenciements. Ce n’est pas à nous de juger les stratégies d’entreprise, les erreurs éventuelles, mais pourtant, un goût amer ( si l’on peut dire) se fait sentir.

Comment ne pas regretter qu’aucune solution n’ait pu être trouvée pour empêcher la liquidation judiciaire ? A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas ce que deviendront la marque, le savoir-faire. Va-t-on rayer de nos mémoires un savoir affiné depuis 1740 et bétonner l’ancienne dame schilikoise ?

En attendant de savoir, nous noierons notre chagrin dans les Patriator, Jubilator et Bio qu’il nous reste en stock ! Et comme chemin de croix, nous choisirons la route de la bière d’Alsace et ses brasseries vivantes.